Comprendre la pyrogazéification en 5 points 
(injection dans les réseaux)

Publié le 10 septembre 2021 - (mis-à-jour le 25 avril 2022)

Lecture 3 min

Grâce à la pyrogazéification, le panel des déchets valorisables en énergie renouvelable et bas carbone s’élargit.

La pyrogazéification, qu’est-ce que c’est ?

Sans-titre-1

Comment ça marche ?

Sans-titre-2

Les déchets solides et résiduels variés sont chauffés à haute température (entre 800 et 1500°C) avec un peu ou pas d’oxygène puis convertis en gaz injectable.

Sans-titre-3

L’énergie générée est directement injectable, stockable, acheminée par les réseaux existants et substituable au gaz naturel dans tous ses usages (mobilité, usage matière première, production de chaleur…).

Quels bénéfices pour l’environnement ?

La pyrogazéification valorise les déchets résiduels secs souvent destinés à l’enfouissement ou l’incinération. Son développement apporte une réponse aux problématiques rencontrées par les territoires dans le traitement de leurs déchets.

Objectifs à horizon 2025

(Source: loi sur la transition écologique)

Sans-titre-4
Sans-titre-5

Où existe-t-il des sites de pyrogazéification pour injection ?

Sans-titre-6

4 projets ayant déjà produit du biométhane

Sans-titre-7
Sans-titre-8
Sans-titre-9
Sans-titre-10

dont 1 à taille industrielle : le projet GoBiGas (à Göteborg en Suède) qui a injecté dans les réseaux du biométhane issu de la pyrogazéification de bois (puissance 20 MWCH₄ soit 90 000 t/an de bois).

Quelles perspectives de déploiement en France ?

Gaz-2030-b
  • Valorisation de 3 millions de tonnes de déchets/an
  • Injection de 6 TWh de gaz par an
  • Réduction des émissions de CO₂ de 1 million de tonnes/an