Nous avons une empreinte écologique très faible.

Publié le 8 octobre 2020

Lecture 3 min

Face à l’urgence climatique, notre Société doit relever un défi d’envergure : développer une énergie locale, non intermittente, fiable et vertueuse. Avec les gaz renouvelables, nous avons de nombreux atouts pour y parvenir.

Le réchauffement de la planète ne sera pas uniquement maîtrisé par des politiques mondiales mais également par une grande diversité d’initiatives locales. Inscrits au cœur du développement des territoires, les gaz renouvelables peuvent jouer un rôle moteur pour la transition énergétique française.

Nos déchets ont une deuxième vie… ce qui change la nôtre

Les gaz renouvelables ont la particularité d’être une énergie aux sources très multiples. Grâce à différentes techniques de production éprouvées (méthanisation) ou plus innovantes (pyrogazéification, gazéification hydrothermale), nos déchets deviennent une ressource valorisable et vertueuse pour réduire notre empreinte écologique.

Ils peuvent être issus de l’agriculture, de l’industrie agroalimentaire, de la restauration collective, de la collecte d’ordures ménagères ou de déchets verts, des stations d’épuration, d’installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND)… Même certains déchets non recyclables (plastiques, bois usés, combustibles solides de récupération) peuvent être utilisés, ce qui évite ainsi leur incinération ou enfouissement.

Les gaz renouvelables offrent également l’opportunité de valoriser d’autres formes d’énergies. Grâce au Power to Gas, les surplus d’électricité d’origine renouvelable (éolien, solaire) peuvent être transformés en hydrogène par électrolyse de l’eau. En combinant cet hydrogène avec du CO2 capté (par exemple en provenance de sites industriels voisins), on peut créer un gaz de synthèse injectable dans les réseaux gaziers et pouvant être stocké.

Une production respectueuse de notre planète et de notre santé

Alors que les énergies renouvelables transforment peu à peu le mix énergétique de la France, nous restons encore très dépendants aux ressources fossiles. Elles continuent de chauffer nos maisons, de faire rouler nos voitures… et d’alourdir notre empreinte écologique.

Si les émissions d’oxydes d’azote (NOx) diminuent depuis une vingtaine d’années, limiter leur impact sur notre santé et notre environnement reste une priorité en France comme en Europe. Les NOx viennent principalement du transport routier, de l’industrie et de la production d’énergie. Des secteurs où les gaz renouvelables apportent une alternative plus responsable pour notre planète et notre santé.Il en va de même pour les émissions de gaz à effet de serre. Pour chaque mégawatheure (MWh) de biométhane produit, injecté et consommé, une économie de 0,2 tonne de CO2 est réalisée par rapport au gaz naturel1. Un mix énergétique gaz 100% renouvelable permettrait d’éviter les émissions directes d’environ 63 Mt de CO2/an en 20501.

Les gaz renouvelables profitent aussi à nos terres

Dans l’agriculture, les gaz renouvelables permettent aussi de produire le digestat, résidu de fermentation issu du processus de méthanisation.

Constitué d’un mélange d’éléments fertilisants (azote, phosphore, potassium), de résidus non méthanisables et de matières organiques, le digestat possède de nombreuses vertus pour l’environnement. Riche en nutriments pour les végétaux, il constitue ainsi un excellent engrais pour les cultures agricoles, substituable aux engrais chimiques.

Son épandage offre plusieurs avantages. Le digestat détient un bon pouvoir fertilisant, meilleur que le lisier simple par exemple. Ses nuisances olfactives sont réduites, tout comme la présence de germes pathogènes (streptocoques…). Les agriculteurs doivent toutefois s’assurer de la constance de composition du digestat imposée par sa reconnaissance de matière fertilisante, et non de déchet2.

Les gaz renouvelables garantissent un développement écologiquement viable et donnent accès au plus grand nombre à une énergie fiable et vertueuse. À l’image de notre souveraineté énergétique, notre responsabilité écologique passe aussi inéluctablement par les gaz renouvelables.

1 ADEME
2 Sont notamment suivis la composition en matière sèche, en azote, phosphore, potassium, les indicateurs microbiologiques…