Nous sommes issus de nos productions et de nos consommations.

Publié le 8 octobre 2020

Lecture 3 min

Les gaz renouvelables sont des énergies développées avec et pour l’Homme. Avec l’Homme car elles naissent de nos productions et consommations. Pour l’Homme car elles donnent de la valeur à des matériaux qui en avaient peu ou pas du tout.

Chaque Français génère 573 kg de déchets chaque année (dont 47% d’ordures ménagères)1. En 40 ans la quantité de déchets a doublé. La raison ? Tout d’abord, la population augmente. Nous sommes donc de plus en plus nombreux à jeter. Ensuite, la consommation s’accélère. Nous achetons de nombreux produits, en plus grand nombre et plus fréquemment qu’avant. Enfin, davantage de produits sont éphémères. Des produits jetables, suremballés, qui durent peu et alourdissent nos poubelles. Le traitement des déchets devient donc une problématique de plus en plus importante, en particulier pour les territoires.

Une réponse concrète aux enjeux de transition et de valorisation​

Les gaz renouvelables permettent de changer de vision et de transformer en énergie des gisements de déchets qui étaient jusque-là enfouis ou incinérés. Des technologies, à différents degrés de maturité, se développent en faveur de l’économie circulaire.

Parmi elles, la méthanisation est un procédé aujourd’hui en phase de déploiement industriel. Ce processus permet de transformer en biogaz de la matière organique issue notamment des déchets ménagers et des collectivités (déchets verts, déchets de cantines, boues des stations d’épuration, fractions fermentescibles des ordures ménagères…). Après épuration, ce biogaz devient du biométhane. Injecté dans les réseaux gaziers, il permet de répondre à différents usages (chauffage, cuisson, process industriels…). C’est aussi un carburant alternatif, le bioGNV, qui permet de réduire la pollution locale. La matière organique incorporée dans le méthaniseur devient aussi du digestat, un fertilisant épandable sur les cultures agricoles.

La pyrogazéfication est un autre procédé prometteur car il élargit le panel des déchets valorisables en énergie. Avec cette technologie, le gaz est produit à partir de résidus de biomasses sèches ou d’autres éléments secs non renouvelables (pneus, plastiques, bois usés…) mal traités par les autres filières (enfouissement, incinération). L’énergie générée est directement injectable, stockable, acheminée par les réseaux existants et peut être utilisée de façon large (industrie, mobilité). Cette technologie d’avenir devrait voir se développer des projets pilote et démonstrateur à l’horizon 2023-2025.

À cette même échéance, la gazéification hydrothermale présente également un potentiel intéressant. Cette technologie repose sur la conversion de biomasses liquides. Les matières éligibles à ce procédé sont les boues de stations d’épuration, les digestats de méthanisation, les effluents d’élevage et d’autres résidus d’activité agricole, les résidus des industries agroalimentaires, les effluents organiques industriels. En plus du gaz produit injecté et stocké dans le réseau gazier, ce procédé permet de récupérer des matières (sels minéraux, ammonium) qui deviendront des fertilisants.

Transformer l’inutile en utile​

Avec les gaz renouvelables, nous dépassons la question de l’élimination des déchets pour aller vers leur valorisation. Ils donnent à ces matières longtemps jugées inutiles une véritable plus-value. Des matières dont le spectre ne cesse de s’étendre grâce aux nouveaux procédés évoqués.

Pour les territoires, cette plus-value donnée aux déchets dépasse le cadre de la production d’énergie. Les gaz renouvelables apportent une réponse à des enjeux territoriaux d’importance tels que la réduction de l’impact environnemental et de santé lié au traitement des déchets, le déploiement d’une économie circulaire locale, la création d’emplois non délocalisables ou le développement de synergies avec des installations qui valorisent d’autres variétés de déchets.

Aujourd’hui, aborder la transition énergétique sous le seul prisme de la production d’énergie ne suffit plus. Pour œuvrer efficacement en faveur de la protection de notre planète et de notre qualité de vie, les moyens mis en œuvre doivent être doublement vertueux, afin de produire une énergie renouvelable à partir de nos déchets dans un principe d’économie circulaire.

1 ADEME, Enquête collecte octobre 2017